Paris...à pied, les yeux ouverts, le nez en l'air
ou l'architecture dans tous ses détails

THEMES

 

   

Les mesures et leurs instruments

   

Accueil  

Paris de A à Z

Galeries
bestiaire
boutiques
cariatides
détails
dômes
façades
halls
immeubles industriels
plaques
portes
statues  & sculptures
signatures
divers

Itinéraires

Thèmes

Contact

Liens

 

    les cadrans solaires: il en existe une centaine dans  tout Paris; pendant très longtemps, ils ont constitué, avec les cloches des églises, le seul moyen pour la population de savoir l'heure. L'un des plus récents: celui de la rue Saint Jacques par Salvador Dali; l'un des plus sophistiqués: celui de la rue de Vaugirard avec les lignes des solstices et de l'équinoxe.

     

 

    les méridiennes: lignes tracées au sol pour matérialiser le méridien de Paris; parmi les plus célèbres, celle qui traverse la salle Cassini de l'Observatoire de Paris, celle de l'église Saint Sulpice, celle tracée en 1994 pour le bicentenaire d'Arago par les médaillons à son nom, celle (légèrement décalée) formé par l'alignement de la mire du nord à Montmartre, l'Observatoire et la mire du sud dans le parc de Montsouris, celle de la méridienne verte de Dunkerque à Perpignan et marquée par des bornes (boulevard Jourdan, avenue de l'Observatoire...). Ce n'est qu'en octobre 1884 à la conférence de Washington que le méridien de Paris fut abandonné comme méridien zéro au profit de celui de Greenwich.

     Les horloges publiques: elles se sont multipliées au XIXème siècle avec le développement des chemins de fer et de l'industrie alors que les montres restaient des objets de prix sinon de luxe: d'abord mécaniques puis électriques, de nombreux édifices publics en furent équipés, gares, mairies mais aussi carrefours, le téléphone (qui depuis le 14 février 1933 donnait accès à l'horloge parlante: ODEon 84 00 sur lequel une voix récitait "au quatrième top, il sera exactement..."; l'horloge parlante est aujourd'hui accessible par le 3699) et aujourd'hui sur les panneaux d'information. Enfin les horloges compressées  devant la gare Saint Lazare ont stoppé la course du temps et à l'exactitude.                                                                                                                                                                                                  

 

 

 

    les distances: c'est en 1790 que la Constituante décida de remplacer toutes les mesures de l'Ancien Régime par un système unique, simple et cohérent: le système métrique; la définition du mètre fut fixée par la Convention le 7 avril 1795 (elle a depuis été changée pour plus de précision) et un certain nombre de mètres étalon furent installés dans Paris pour familiariser les habitants avec le nouveau système. Il en reste 2, l'un à son emplacement d'origine rue de Vaugirard et l'autre place Vendôme à l'entrée du ministère de la Justice. Sur le parvis de Notre-Dame, une étoile incrustée dans le sol marque le point zéro à partir duquel sont mesurées les distances des routes de France.

    divers: il reste encore quelques témoignages de la crue de 1910 et une de celle de 1740 qui fut encore plus importante et un immeuble de la rue d'Assas rappelle qu'avec son pendule le physicien Léon Foucault mit en évidence la rotation de la terre.