Paris...à pied, les yeux ouverts, le nez en l'air
ou l'architecture dans tous ses détails

THEMES

 

   

Sports

   

Accueil  

Paris de A à Z

Galeries
bestiaire
boutiques
cariatides
détails
dômes
façades
halls
immeubles industriels
plaques
portes
statues  & sculptures
signatures
divers

Itinéraires

Thèmes

Contact

Liens

 

(cliquer sur les photos pour agrandir)

     

    Les architectes parisiens se sont fort peu soucié de l'adage "un esprit sain dans un corps sain" car ils n'ont pratiquement jamais fait appel aux sports pour les ornements de leurs façades. Pourtant, il y a quelques rares exceptions.

    L'hôtel Mercédes (aujourd'hui immeuble de bureaux) construit en 1902 dans le XVIème arrondissement par Georges Chedanne sur les rues de Presbourg, Lauriston et l'avenue Victor Hugo est dédié au sport automobile puisqu'à l'époque l'automobile était plus un sport (élitiste et fort coûteux) qu'un moyen de transport. Ce choix est évidement commercial et sert à positionner l'hôtel vis-à-vis d'une clientèle dynamique et fortunée.

     

   

    Trois sculpteurs Boutry, Sicard et Gasq se sont partagé le travail.

     

 

    Rue Lecourbe dans le XVème arrondissement, un immeuble pierre de taille des années 1925-30 se place discrètement sous le signe du golf et du tennis, deux sports plus bourgeois que populaires; il est vrai que la très chic avenue de Breteuil est toute proche:

     

 

    A la même époque, le portail d'un groupe de logements sociaux construits sur l'emplacement des fortifications vante les mérites du tennis et du ski féminins: la promotion des femmes va de pair avec la promotion sociale, tandis qu'un immeuble cossu du XVIème arrondissement vante le patinage sur glace dans une tenue qui évoque la danse classique.

     

       

     

    Toujours dans les années 1925-30, un établissement scolaire proche du canal Saint Martin  dans le populaire Xème arrondissement célèbre l'éducation qui ouvre la porte à tous les talents, que ce soit pour devenir  intellectuel,  artiste,  ingénieur ou footballeur.

     

    Enfin on trouve sur un immeuble sans nom ni date mais sûrement postérieur à 1980 une sculpture évoquant le basket.

    Mais les promeneurs parisiens en ont peut-être remarqué d'autres?